Rappel de mon horaire en France pour les Internationaux...thanks!

COMMENT UTILISER CE BLOG ?

Coaching Global avec Franck Martini (Sport de haut niveau).


Rafraîchir le blog en cliquant sur le titre...


TOUTES LES INFOS SUR LE SITE:

Translate

Sommaire : cliquez sur le thème choisi ou consultez à gauche le blog Médias.

Détails des articles relatifs au coaching de Franck Martini:

Les articles sont disposés de manière linéaire, en descendant.

"cliquez sur un thème" (ci-dessous) pour accéder directement à un article.


Pensez à cliquer en bas sur «messages plus anciens» pour visualiser progressivement tout le blog:



TOUTES MES PUBLICATIONS:

Retrouvez une partie conséquente de mes articles, plannings, photos, interviews ainsi que mes textes publiés dans la presse et sur le web, en cliquant sur le lien. Une partie limitée malheureusement de ce que j'ai publié est actuellement présenté sur le blog suivant :

http://racecoach.blogspot.com


Ne pas rater au bas du blog, le TOP 10 de mes plus grands lecteurs...:)

Nombre total de pages vues sur Coachglobal:

Honneur aux braves…Nathalie Asensi.


HONNEUR AUX BRAVES...










J’ai coaché une femme, pendant quelques années sur les rings de l’hexagone. De son premier combat à ses dernières victoires internationales.
Sacrés moments...

Je ne pouvais pas relater ici quelques unes de mes expériences en passant sous silence celle qui m’a fait rester depuis nos premiers jours aux côtés de Nathalie : ma femme!

Celle que j’ai cherché depuis ma plus tendre enfance et que je n’ai pas lâché depuis le jour où je me suis mis sur sa route…

Devenir Championne…
Alors que je suis entraîneur dans un des plus gros clubs de Marseille, ma compagne Nathalie (championne de Provence de judo) décide, à près de 20 ans, de m’accompagner le soir et de partager avec Fred Muller et tous mes amis, les entraînements de savate que je dispense rue Paradis, à Marseille. Après trois mois de pratique, elle participe à une rencontre Provence vs INSEP et met en grande difficulté la titulaire de l’Equipe de France en arrachant un match nul.
Nathalie progresse petit à petit et prend sa place au niveau national en assaut. En quelques années elle devient la boxeuse la plus technique en poids coq.
Lorsque la Féria de Nîmes nous en laisse le temps, elle remporte plusieurs fois la Coupe de France de Style, le championnat de France Universitaire et le Championnat de France Espoir. Alors que l’on se décide de se jeter dans le niveau international en combat au KO, Nathalie tombe enceinte de notre première fille Carla. Les Championnats du Monde s’enfuient…peu importe !

Deux mois après elle est déjà au poids, et affûtée. Nous reprenons les bases du combat chaque jour, dans la rue, sur les parkings, dans notre salon…Au cours de l’été, lors de la préparation cardiovasculaire, elle remporte en sénior la très difficile « Ronde de la Carança », une des plus difficiles courses
pédestre de montagne, plantée dans les Pyrénées (1800m de dénivelé positif + 1800m de dénivelé négatif sur 18km !). Nat est prête. Déjà. Cinq mois après son accouchement, elle gagne facilement son premier combat international. Les victoires s’enchaînent. Pourtant Nathalie travaille comme enseignante et ne bénéficie d’aucune condition particulière d’entrainement…
A Paris, pour la finale des Championnats de France en combat Elite à Pouchet (Paris), c’est Josefina Perez, la toute nouvelle championne du Monde de Boxe Française qui l’attend, très déterminée sur le ring. Elle est certaine de pourvoir descendre Nathalie rapidement. Mais l’espagnole ne rêvera de victoire que deux courtes minutes… Nathalie étonne l'establishment en imposant un rythme et des impacts qui vont briser la carrière de la franco-espagnole … Elle gagne ainsi en combat son premier titre national face à l'athlétique championne du monde, et ce, presque un an jour pour jour après avoir mis au monde sa petite fille Carla.

Plus tard, à Melun, Nathalie remporte avec tonicité son premier championnat d’Europe (tous les deux ans en savate !) par KO. La très solide finaliste bulgare, revient courageusement à l’issue d’un Knock-down au foie dans la première reprise, et d’une syncope vagale sur coup de pied au plexus dans la deuxième. Elle ne peut pourtant terminer la troisième, et tombe, victime d’un KO cérébral provoqué par un enchaînement en poings de Nathalie.


Honneur aux braves…
Lors d’un quart de finale des France, Nathalie ne peut poser le pied par terre suite à une déchirure musculaire trop importante au mollet. Durant un mois et demi, nous nous sommes entraînés assis sur un fauteuil de bureau aux paos, et en chaise au mur. Mais Nat gagne, pratiquement sur une seule jambe, et à l’unanimité la championne du monde de kickboxing des moins de 57kg, en pleurant pourtant à chaque minute de repos!
Leçon de courage pour tous…

Nat ne fut vaincue seulement au cours de sa carrière en combat que par une seule boxeuse: l’exceptionnelle Nancy Joseph, alors multiple championne du monde de Kickboxing, de Boxe Française, de Full contact, et de Boxe Thaï. Lorsque Nat débutait la boxe, Nancy en était déjà 7 fois championne de France ! Lors de la finale électrique face à la légende féminine du pieds poings, à Amiens, Nat accuse 9 de tension : elle n’a jamais arrêté d’enseigner, et elle vient d’enchaîner quatre difficiles combats en seulement deux mois ! En face, toutes les filles se sont désistées pour éviter Nancy Joseph qui arrive en pleine forme. L’enjeu est de taille. Y aller ou pas ? Elle convainc le médecin de la laisser boxer contre son propre avis...il cède péniblement.

En état d’épuisement avancé, face à la plus dangereuse combattante du circuit international, Nat ignore la fatigue, elle me regarde, prend la serviette blanche de mon épaule et la jette sous le ring en me disant :
- Il n’y a pas d’éponge ! On va jusqu’au bout !… ».
Je quitte même le coin pour pouvoir lui crier mes conseils du public avec Mourad Haddu, mon ami et surtout Jean Marc Masson qui l'a suivie avec moi et a été son meilleur et indéfectible sparring partner.
Le combat est intense et disputé. Mais Nancy reste très très dangereuse. A 10 secondes de la fin du combat, Nathalie tombe, électrocutée par un uppercut à la pointe du menton. Au sol, où la maintien par précaution le médecin officiel, elle tourne la tête vers moi, et lâche :
- "je suis désolée, je suis désolée…"
J’ai du mal a retenir mon émotion. A ses côtés, au bout d’un instant, je lui souris :
- "y a pas à être désolée ma belle : Tu as fait plus que ce que l’on pouvait faire. Et Ce que tu as fait, je ne l’aurais jamais fait. Jamais…"


Nathalie termine sa carrière en beauté en remportant une fois encore le titre de championne d’Europe par jet de l'éponge face à la Russe Diaconova. A Istres, au Stade Bardin qui fait salle comble pour voir boxer un des fers de lance de l'Equipe de France, Nathalie, entourée de tous ses amis, de la famille et de ses élèves venus la voir combattre, rentre au son d'un Avé Maria Gitan, véritable hymne de la Féria de Nîmes. Je la suis juste derrière, le poing levé tenant un foulard rouge, symbole de l'identité du sud, avec dans mes pas, l'indéfectible Mourad, l'ami des jours intenses.
Le combat s'engage vite, trop vite... L’entraîneur russe décide d'abandonner au cours de la deuxième reprise, estimant que sa boxeuse se retrouve en trop grand danger et qu’elle n’est plus lucide, après un enchaînement de plus d’une quinzaine de coups de pieds au ventre…

Nathalie s’est depuis, retirée des rings.
Nous avons une autre fille, Nina.
Mais je sais qu’elle a toujours "la sève".
Lorsqu’elle regarde un combat.
Qu’elle retrouve dans les effluves d’adrénaline, ce grisant parfum qui vous accompagne, tripes nouées, des vestiaires jusqu’au ring, sous les cris de la foule.
Le goût de la sueur, du sang.
Le goût du combat.
Le goût de la vie…

Je t’admire toujours, ma femme.
Toujours.

En haut, séance photo pour "L'Equipe Magazine" (Nathalie s'appelait alors Asensi), le fight électrique contre Nancy Joseph, "L'Equipe Mag", pourtant peu porté sur la savate, titrant sur la victoire de Nathalie en finale des championnats de France. A gauche au milieu, crochet droit à la pointe du menton de Perez, en bas à droite, chassé bas douloureux répétés pour les cuisses de Perez (championne du Monde en titre!) qui descend même les mains pour se protéger! En tenue bleue à étoiles, Nat pour la finale européenne des poids coqs: la bulgare est touchée au plexus, elle va s'effondrer en croix au deuxième round. En bas, Carla à gauche qui tient la robe, Nina dans mes bras lors de notre mariage avec Nat, ma femme. Il fut original, rieur, peu orthodoxe mais si convivial et si chaleureux!...


Nat et Franck Martini, toujours là! Nous nous "coachons" ensemble désormais!

Ce n'est pas fini !

Cliquez......sur "Messages plus anciens" dans le coin droit juste au dessus de cette phrase, afin de consulter les articles précédents.