Rappel de mon horaire en France pour les Internationaux...thanks!

COMMENT UTILISER CE BLOG ?

Coaching Global avec Franck Martini (Sport de haut niveau).


Rafraîchir le blog en cliquant sur le titre...


Collaborations et résultats:

Translate

Sommaire : cliquez sur le thème choisi ou consultez à gauche le blog Médias.

Détails des articles relatifs au coaching de Franck Martini:

Les articles sont disposés de manière linéaire, en descendant.

"cliquez sur un thème" (ci-dessous) pour accéder directement à un article.


Pensez à cliquer en bas sur «messages plus anciens» pour visualiser progressivement tout le blog:



TOUTES MES PUBLICATIONS:

Retrouvez une partie conséquente de mes articles, plannings, photos, interviews ainsi que mes textes publiés dans la presse et sur le web, en cliquant sur le lien. Un tiers de ce que j'ai publié est actuellement présenté sur le blog suivant :

http://racecoach.blogspot.com


Ne pas rater au bas du blog, le TOP 10 de mes plus grands lecteurs...:)

Nombre total de pages vues sur Coachglobal:

A coeur vaillant, tout est possible !


Dominique Watbled et Franck Martini, Puy St Vincent, vallée de la Vallouise, Dec 2012.



Dominique Watbled est un miraculé...

Nous sommes en région parisienne, il y a sept ans.
Au guidon de sa moto, il attend.
Le feu passe au vert.
Il démarre tranquillement.
Dominique n’a pas même le temps de comprendre que le chauffard qui arrive en trombe à sa gauche n’a pas respecté le rouge. 
Il est fauché, la jambe gauche arrachée, il perd beaucoup de sang.
Les chirurgiens de la Pitié-Salpétrière vont lui sauver la mise après trois mois de soins.
Il revient à la vie. A 58 ans, cet ingénieur industriel dans l'agro-alimentaire du groupe Danone doit tout réapprendre.
Durant les trois mois de rééducation à Valenton en région parisienne, il se rééduque, et croise Philippe Croizon, le multi-amputé qui reliera plusieurs années après tous les continents à la nage. Serge Lama et Guillaume Depardieu étaient venus aussi en soins au même endroit.
Observateur et fin analyste, Dominique va constater que l’âge ne fait rien à l’affaire. La vitesse de récupération se joue au mental, et à rien d’autre !
Apprendre à se relever, se tenir droit, avoir des projets et y croire … ça il sait faire !
C’est constitutif de sa personne.
Il se plonge dans la philosophie, contacte un des meilleurs appareilleurs et commence à travailler un équilibre nouveau.
Il planifie son retour à la vie, sans même l’avoir jamais quittée.
Dans l’ombre, il va s’entraîner, et travailler, et travailler…

Adepte d’un « hédonisme épicurien » forcené, à 65 ans, aujourd'hui il défend aussi un mode de vie. Comme en ski, il recherche un style épuré, coulé, où la force paraît absente, et la maîtrise  et la technique ciselées.
Le voilà désormais capable de descendre d’un trait les raides et difficiles pentes de Puy St Vincent du haut jusqu’en bas de la Station (1400m de dénivelé!), et en passant par la noire… Il grimpe en via ferrata et il ski en fond, sans que l’on ne soit jamais capable de déceler son handicap.

J’aime cette race de « résiliants ».
De ceux qui ne renoncent jamais.
Tant qu’un souffle de vie les animent, ils sont là, debout, et font face.
Ce sont eux les meilleurs guides.
Aux marchands du temple qui vendent des formules toutes faites, des méthodes imparables, des élixirs de jouvence ou de force…ils tournent le dos et tracent leur voie.
La plus belle.
Celle qui vient des tripes et du cœur.
Chacun la sienne.

Dominique est de ces gens qui permettent de croire que tout est possible.
A qui le veut.
A qui y croit.
Au delà du raisonnable.

Je te salue champion.






Le ring et rien d'autre!...
Coaching Franck Martini - Yazid Boussaha.

En prépa physique en Thaï avec Yaz Boussaha, 
pour un seul combat 
mais contre le champion d'Europe!

Le Nak Muay Yazid Boussaha m'a contacté afin de structurer et de plannifier sa préparation estivale 2012 pour son premier combat de rentrée contre le champion d'Europe  de K1.
Une collaboration ponctuelle, de juillet à septembre (car j'ai pris depuis quelques années de la distance avec le combat poings et pieds poings et ses sombres intrigues compétitives...), mais intéressante et conviviale afin de booster le combattant de la Base Aérienne militaire 125. .

 *malgré des conditions d'entraînement depuis août 2012 extrêmement difficiles pour lui au regard de son travail professionnel.




Yaz face à Yohan Fauveau, leader international en K1...


Un BEST OF des combats de Yaz...par VXS.



Sa première saison en Classe A (- 72kg), le meilleur niveau actuel possible a démontré que ses capacités étaient certaines et sa volonté plutôt exceptionnelle.


Plus de 15 combats sur l'année dont certains avec les très gros clients du circuit professionnel, tel que Johan Fauveau du team Zeïtoun de Paris (boxeur international et nouveau champion du Monde de K1 2012).
Avant cette rencontre, j'avais eu l'occasion de coacher Yazid pour sa première victoire en classe A, pour un combat de la société VXS, aux côtés de Fred Marco, son ami de toujours.


Yazid, en une seule année de dures expériences a acquis la réputation d'un boxeur solide, courageux et qui ne renonce jamais.


Après des combats difficiles abordés avec enthousiasme et même témérité, sans jamais envisager la défaite (Yaz a boxé souvent blessé à cause des dates rapprochées de combats), le combattant du BA 125 souhaite attaquer cette partie de carrière avec une approche nouvelle: plus pointue, plus adaptée et plus professionnelle.
je lui propose une préparation soutenue en volume et plus adaptée à lui lors de deux entraînements quotidiens 6 jours sur 7: matin préparation physique et après midi boxe liée à la préparation cardio-vasculaire et la coordination.


Avec de l'isométrie, et de la préparation musculaire globale le premier mois, puis la vitesse et la puissance pour le deuxième, les charges progressives mais sérieuses devraient lui donner des armes redoutables pour aborder la première confrontation mi-septembre 2012...


Sa gentillesse, son approche de la vie toujours souriante et motivée rend Yaz forcement attachant.
J'espère que le ring lui sera reconnaissant de cette enthousiasme communicatif...

Un combat de Yaz parmi de nombreux autres... (images exclusives VXS)




Info août:

Yaz reprend un travail plus exigeant en été 2012 (nuits et déplacements) et se voit contraint d'alléger sa préparation physique. A partir de septembre, il reprend un rythme de travail plus compatible avec la discipline de sportif de haut niveau mais avec seulement un entraînement par jour quand c'est possible.
Notre planification est forcément perturbée...on fait avec.
A la leçon, Yaz comprend très vite et s'adapte intelligemment en prenant ce qui est intéressant dans les autres disciplines pieds-poings. En musculation, une recherche d'explosivité et de tonicité devrait lui donner des armes intéressantes, tout en ciblant une forme d'"isométrie mobile" pour les appuis bas de manière à mieux encaisser des freinages excentriques pour frapper dans les appuis de l'adversaire.




Après une préparation très compliquée mais toujours sérieuse, Yaz parvient à conserver sa ceinture VXS le samedi 27 octobre 2012, lors du F1Max.

Il domine alors par KO au 2ème round 
le champion d'Europe K1 en titre (WKN) Jean Philippe Garcia, lors d'un combat expéditif, tactique et engagé...




Quelques images du combat de Yaz ainsi que  ses commentaires sur ses sensations ressenties avec cette sérieuse préparation:


Training...
Mi septembre 2012, grosse session de travail du clinch, coudes et genoux avec de gauche à droite: Yaz Boussaha (compétiteur classe A au Team Thaï boxing BA 125), Nicolas Subileau (trainer Team Bilos), Franck Martini (Global Coaching Sportserveur) et Farid Villaume (multiple champion du Monde boxe Thaï)


La structuration de l'entraînement du combattant de la base 125 lui permet de prendre la mesure de son potentiel en ce début d'année, si il structure son entourage et entreprend de consacrer, s'il le peut, deux entraînements par jour au combat, il pourra peut-être aller loin en une ou deux années d'entraînement intensif... 
Bonne route Yaz!

Combativité sportive avec les volleyeuses Pros d'Istres Ouest Provence


Le volley ball n'est pas qu'un sport de "distance". Il faut aussi être capable de rentrer dans l'adversaire, du moins, symboliquement. Pour cela, le travail lors des entraînements ne doit plus se situer que sur le factuel : il faut aller au contact, bousculer l'autre, chercher à lui "marcher dessus" à la fois pour aiguiser cette rage de gagner pour soi, mais encore pour stimuler aussi chez ses partenaires, cet orgueil qui, savamment réveillé peut permettre de soulever des montagnes. Et des montagnes, les filles de Ouest Provence, malgré leur progression constante, doivent toujours en franchir, qu'il s'agissent des meilleurs clubs Européens ou des têtes d'affiche, comme Cannes...
Les filles d'Istres Ouest Provence au contre: elles sont toujours dans le carré du tête du top niveau français, et régulièrement en lice en Coupe d'Europe des Clubs.

  A la demande de Frédéric Guerin, l'entraîneur qui a tracté l'IOPVB vers le haut du top niveau français, nous avons mis en place un travail de stimulation de la combativité à la reprise de la saison 2011. Du matériel de touche contact en mousse, des gants de boxe et des paos nous ont permis de mettre en situations les filles dans des duels permettant d'accentuer les déplacements circulaires et courbes, la vitesse d'action et de réaction, les impulsions et les efforts toniques répétés.
                   Mise en place des situations de duels-contact, salle IOPVB, Franck Martini (en rouge) avec Mourad Haddu (en bleu).


"Volley combat"...
Renforcer les aspects positifs et les adaptations nouvelles.











Surprendre l'athlète régulièrement en forçant son adaptation aux contraintes, en la rendant malléable et plastique face aux exigences inhabituelles...


Par des situations inhabituelles, il s'agissait de stimuler des comportements plus combattifs à l'approche des grands rendez-vous internationaux. 
L'appui sur des jeux de combat permet à la fois de provoquer des engagements sérieux mais également de rendre une intensité d'opposition qui rapproche les athlètes: lorsque l'on s'est confronté, on est tenu ensuite par un "pacte de respect et de proximité" qu'il est difficile d'expliquer. Pour des filles, même de haut niveau,  dont le sport est un des exemple les plus caractéristiques du non-contact, la chose n'était  pas forcement évidente au départ...

Se protéger et attaquer l'autre...ou quand les filles se prennent au jeu du grand dilemme du combat !

Chercher à stimuler les représentations des joueuses...s'engager pour véritablement combattre. Franck Martini.
  La combativité sportive est une qualité essentielle: elle permet de passer outre la douleur, les doutes et la difficulté simplement parce que l'on est là. Dans l'action. Et que là, on ne lâche pas. Jamais. Certains sont plus combatifs que d'autres. On le sait tous. Mais pourquoi? Difficile à expliquer. Un mélange de génétique, de culturel, de personnalité et d'expérience, très certainement. Mais également d'apprentissage! Car on peut tout à fait apprendre à être combatif, même si la mutation ne se fait pas du jour au lendemain.
En sport collectif, il faut tout à la fois être soudé collectivement sans se perdre dans le collectif, en restant qui on est tout en permettant aux autres de s'exprimer!... Difficile équilibre où le coach doit, sans cesse, et qui plus est dans une équipe féminine de haut niveau, jouer très fin avec les égos, les attentes, les routines, les espoirs, les représentations de chacunes...
L'entraîneur Frédéric Guérin au debreafing: rendre le groupe cohérent et soudé. Remarquez la gestuelle posée qui apaise et rassure...
 Convaincre du bien fondé... avec Franck Martini.

Stimuler les moins convaincues peut-être... et les rassurer sur leur potentiel. 
   Le sport s'est depuis longtemps, très largement inspiré des références guerrières pour construire des accroches significatives pour les athlètes. Et la combativité en est régulièrement le nerf de la guerre. Etre combatif c'est être un soldat: ne pas se poser de question sur la finalité de l'action en cours, mais se dévouer totalement à elle, faire abstraction de soi et se fondre dans le projet de victoire. Individuel ou collectif. José Tomas, un des plus grands Toreros, disait: "Quand je vais aux l'arènes, je laisse le corps à l'hôtel".
Cet abnégation n'est pas courante. Elle se travaille, se sculpte, souvent dans la douleur et dans l'épreuve. Quelle qu'elle soit. Dans chaque geste. Jusqu'au dernier exercices de gainage qui permette de la tester, de la mobiliser encore, et encore...

Capter l'attention par le contenu mais surtout la forme choisie pour véhiculer le message...
Poser des problème, sans en poser! (Franck Martini, régulation de contraintes trop marquées au niveau lombaires chez une athlète, modification particulière de l'exercice).

 Coaching global en volley dans la superbe salle de Ouest Provence Volleyball.

 Sous l'oeil des caméras de Maritima TV...
  Il faut donc être capable de poser des problèmes aux athlètes, des épreuves auxquelles elles vont se confronter pour se construire  ensemble, dans le collectif. On retrouve ce que j'expliquais là encore sur la "micro-résilience"(cf. Tournage d'Indigènes). Et pour cela, il faut tracter et engager celles qui, de part leur personnalité, et c'est leur droit, ne vont pas répondre présentes immédiatement. Elles vont louvoyer gentiment, plaisanter, ne pas s'engager et  développer des tas de procédures de contournement de la tâche à assumer. Parce que l'on touche à ce moment là, un point très sensible. Quelque chose qui les heurte et qui les met face à leurs propres démons. C'est là que l'entraîneur et le préparateur physique et mental doivent briller par leur sens de l'adaptation quotidien et par leur pouvoir de persuasion.
  Parce que les sportifs de haut niveau ont changé, et qu'il faut négocier davantage les objectifs et surtout convaincre du bien fondé de ce que l'on propose.
Il faut désormais être un guide, avec du charisme, un fond humain irréprochable, et une compétence éprouvée.
Et tenir le groupe...vaille que vaille.



Briefing de fin avec le coach adjoint, séduit et complètement engagé dans le thème!...  

Quant à ce long chemin, que parcourent les athlètes, doit-on souligner ici que l'entraîneur et le préparateur le parcourent eux aussi, en parallèle, discrètement, tout en les regardant évoluer...autant qu'ils avancent eux-mêmes!

 Extrait du super calendrier des filles de Istres Ouest Provence Volley Ball...

Merci particulier à Frédéric Guérin et Félix André pour l'accueil, aux filles d'Istres Ouest Provence Volley Ball pour leur enthousiasme et leur dynamisme. 

Le Skicross au niveau international...

Le Skicross, sport de combat de glisse !


Thomas Domenach (préparation Team Sportserveur) et Franck Martini.


L' objectif Olympique est, pour tous les sportifs, l'inaccessible étoile. Et que l'on soit au terme, en mesure d'y accrocher son nom ou pas, viser le Panthéon est une chose qui transcende.
Aujourd'hui c'est avec Thomas Domenach, membre du pôle France et champion de France junior Elite de Skicross que je m'engage pour quelques années, sur la route complexe du haut niveau. Celle, très particulière du Skicross, qui le mènera, si les aléas de la vie et son talent le lui permettent, de concourir sous les anneaux liés.

Après une première expérience en Coupe du Monde et un diplôme universitaire en poche, Thomas a décidé de prendre sa chance en regardant vers la Russie des années 2014 particulièrement vers Sochi, cette ville qui borde la mer Noire, à proximité du massif du Caucase.


Le Skicross est une discipline sportive que l'on pourrait identifier entre le ski et les sports de combat tant l'agressivité sportive et les contacts font partie des armes de la réussite.
Absorber, grouper et rejoindre la piste au contact  le plus vite possible...

Je reste donc spécialisé dans les "disciplines à risques", et là encore, les risques pris par les pilotes sont également importants. Depuis que nous collaborons ensemble, Thomas a pris une grosse boîte de 30m de long et 6m de haut, un beau vol sur les neiges de la Nouvelle-Zélande qui a un peu freiné nos ambitions de l'été. 


Trauma crânien et gros hématome à la cuisse...mais à 22 ans, on récupère bigrement vite. Le garçon est un montagnard solide de Megève et il a vite fait de se retaper pour remettre ça entre deux alertes au séisme de magnitude 6... décidément, l'austérité reste de la partie, sur et hors de la piste pour les début de notre préparation !

(ci-contre, Thomas à la réparation...).


Le Skicross, big baston sur la neige...


Pour s'entraîner dans des conditions qui permettent de rivaliser avec les autres, Thomas doit parcourir la planète en recherchant l'hiver...aux antipodes du surf ! La Suisse l'Allemagne, l'Italie, Le Canada, les US, La Nouvelle Zélande, l'Amérique du Sud sont des destinations privilégiées.

Thomas à l'attaque d'une nouvelle journée en Nouvelle Zélande, sur la neige des antipodes, en hiver là bas, et en été chez nous...

 Accrochez-vous ! Travail de la portance et des appuis en suspension aérienne...
Thomas en vol libre. 
Les prémisses de la réussite sur les bosses?

Tom (à droite en noir) en plein baston aux Noram...

 Le Skicross impose aussi une grosse base de formation en géant: vitesse, trajectoires, prise de risque calculée etc. A ces ingrédients, il faut rajouter quatre grands gaillards entre 80 et 100kg qui veulent arriver les premiers en bas...
voilà le cocktail Skicross et les raisons certainement de son engouement pour le grand public...

Alors on va tenter le truc ensemble. 
L'homme de la montagne qu'il est, et celui de la mer que je suis.
En face nous avons quoi ? Des hommes, seulement des hommes, à la fois forts et faibles, comme nous. 
Alors véritablement tout est possible ... 
mais à coeurs vaillants !
Et il faudra les avoir bien accrochés. 
Prêt Thomas ?

Janvier 2011: premier podium US pour Thomas qui termine 
        3ème à Steamboat, Colorado !


Tristan Tafel (n°1) devant un Thomas Domenach en grande forme en fin de saison (NorAm ski cross race final at Red Mountain).

Ci-dessous la vidéo embarquée lors d'un entraînement aux US, Les voyages perburbent la préparation physique mais la motivation reste intacte pour le français déterminé à bousculer les riders d'outre-atlantique.


This is Skicross !

Fin de saison US 2011: La finale des NORAM (circuit pro américain) où Thomas termine 3ème au classement général. 


Fin de saison Canadienne 2011: Thomas termine 3ème des NORAM et 6ème du championnat national Canadien où s'alignent les meilleurs mondiaux de la discipline. 
Dans sa catégorie d'âge, Tom pointe désormais à la 3ème place mondiale.
Belle performance pour clôturer le périple Nord-américian de cet hiver 2011 ...



Fin avril, nous nous sommes retrouvés sur Istres pour établir la feuille de route pour 2011-2012. Vacances 15 jours, puis reprise de la prépa globale, stage sur Istres pour affiner les composantes techniques et les tests puis...7 mois intensifs de travail entrecoupés de sauts et de tests en soufflerie.

Le Savoyard a un profil qui me plaît bien: ça ne parle pas, ça ne doute pas, ça bosse...et ça progresse. Avec une base technique de haut niveau, je suis certain que Tom ira loin. Certain. 





Début de saison et première victoire 2012 à ASPEN, dans la station phare des US où Thomas peaufine sa préparation  :

Thomas Domenach remporte avec le team "Steel Excel", le fameux trophée de L'Ajax cup qui consiste à regrouper dans un Team 2 coureurs du circuit international "Coupe du Monde / Xgames"de ski, 1 coureur handicapé, 1 jeune des USA et une célébrité.
L'épreuve consiste à descendre un parcours de Géant, en Duel, sur les pentes de la station d'Aspen aux Etats Unis.


La célébrité qui a couru aux côtés de Thomas n'était autre que le fameux Antonio Banderas, acteur culte du réalisateur espagnol Pedro Almodovar. 
Les deux hommes ont bien accroché lors de l'épreuve et se retrouvent depuis ensemble sur les pistes d'Aspen.



Le skieur de Megève qui suit les programmes concoctés par Franck Martini (Sportserveur) attaque la saison serein et en pleine en confiance.

Thomas Domenach (Team Prépa physique Sportserveur) à droite, totalement intégré dans le niveau international américain.

Cette année 2012, Thomas Domenach est invité en tant que compétiteur aux XGAMES (JO des sports extrêmes) à Aspen et participera au RED BULL GP !


Grosse condition physique et départs explosifs du savoyard dans toutes les cours de début de saison, toujours aux avants-postes à la sortie du portique. Mais le fait d'être désormais musculairement très affûté pose "problème"...Pas de fatigue, meilleure coordination et plus de réactivité sur les runs, mais aussi plus assez de poids en passe sur les skis dans les pistes trop déroulantes!!!!  Hormis le matériel de qualité supérieure à négocier avec les sponsors (fondamental pour la saison à venir), la préparation estivale devrait lui faire prendre au moins 6kg pour lutter à armes égales contre les monstres  de la catégorie >100kg! 


Voici un exemple du travail réalisé avec Thomas Domenach, international skicross rider, pour sa préparation estivale.

L'objectif était de constituer un "fond de musculation et de gainage", sans se soucier des vitesse d'exécution, pour développer ensuite en automne une base de force et de résistance, puis en fin d'automne et début d'hiver un travail de force pliométrique et excentrique en fin de préparation. Les calendriers se sont bousculés puisque Thomas s'engage en Europe cette année et que cela raccourcit de trois mois le travail prévu... Donc, on verra si on peut rattraper le temps planifié...sachant que le skieur de Megève doit également prendre de la masse pour rivaliser avec les colosses dépassant le quintal et qui viennent des US ou du Canada...

(Possibilité de modifier le niveau de qualité pour une vue en HD).




SAISON 2013...

Premier résultats en Décembre : 6ème des championnats Canadiens.


Tom, le seul skieur au monde à se préparer sous le soleil du sud de la France à + 36°!!!
Bon, le beau gosse savoyard commence assez bien la saison de skicross 2013 en terminant 6ème des Championnats Canadiens ou 2/3 des coureurs de la Coupe du Monde étaient présents (Canadiens, Américains, Suisse, Belgique, Norvège, Australie, Nouvelle Zélande etc..).
Avec le dossard 29 il termine 12 ème de la qualif et poursuit jusqu'en demi finale où  malheureusement il perd un ski et s'éclate dans les filets...
Rageant, comme il dit, mais le bon côté de la chose, c'est qu'il s'en sort sans bobos.  Et en skicross, il faut savoir apprécier cela. 



Janvier: Thomas participe à la Coupe du Monde des Contamines (France).
Il termine 56: pas de performance notable...mais du plaisir. 



Fin de saison difficile ... mais...
Durant la saison 2013, après avoir couru la moitié des Coupes d'Europe de la saison, Thomas subit un accident très sérieux aux US lors d'une course privée. Verdic: blessure grave à l'épaule, rupture partielle d'un tendon rotulien, et traumatisme crânien très important avec des pertes de mémoire et d'équilibre.
De la rééducation pour finir l'année et un mental à reconstruire.
Pourtant, à l'approche des JO cet évènement difficile dans la carrière d'un sportif de haut niveau n'affecte en rien le mental du skieur de Megève. Bien au contraire, il saisit ce coup du sort (et cette erreur de tactique en course qu'il paie au prix fort) comme le moyen de surmonter encore davantage les difficultés multiples rencontrées, notamment le manque de confiance accordée par le staff de l'équipe de France en dépit de ses résultats et des ses tests probants.
Fin de partie.

Saison 2013-2014... 

En ce début d'hiver 2013-2014, Thomas Domenach revient sur les pistes avec un moral en titane, témoin ce message qu'il m'a envoyé après sa sélection en Autriche et sa place de 2ème français:

"C'est la baston tous les jours avec les coureurs mais je suis déterminé.
Sûrement le made in Martini !
J'ai pris conscience de ce que tu m'a rabaché pour devenir un tueur et pour cela je te remercie vraiment.
Physiquement l'épaule va mieux, j'ai encore quelques douleurs sur certains mouvements mais ça va.
J'ai longtemps eu mal à la tête après le carton de l'hiver dernier, avec de nombreuses pertes de mémoires (chiffres, horaires) et d'équilibres mais j'ai les dents qui raient le parquet alors j'envoie tout ce que j'ai!".

D'aucun pourrait penser que le simple fait d'annoncer une motivation intacte est une formalité somme tout classique chez un sportif. 
Elle est particulièrement intéressante chez Thomas qui revient en course au terme d'une difficile rééducation et d'un manque de soutien évident de la fédération. 
Malgré des tests parfaits en Equipe de France où il se classe 2ème, le staff n'accorde pas de ticket pour Sotchi à Thomas. Difficile épreuve ou la subjectivité et le poids des intérêts change la donne sportive...
De la douleur morale après de la douleur physique du carton du printemps dernier...
Mauvaise passe...
Alors qu'en ressort-il?
Un sportif sérieux mais qui poursuit un objectif trop difficile à atteindre?
Un homme brisé qui poursuit malgré tout un rêve devenu inaccessible? 
Non.
Car lui, ce n'est pas n'importe qui.
C'est Thomas Domenach !
L'homme des montagnes de Savoie.
Intègre et courageux.
Dur au mal.
Un de ceux qui tombent mais qui se relèvent toujours.
Et qui avancent plus fort malgré les coups.
Comme un boxeur.
Comme un champion.
Comme un homme.
Un vrai.
Un montagnard.
A l'ancienne.

Patience mon ami...
Patience...


                              Ce jour, le 19 Décembre 2013, 
à Val Thorens, 
Thomas signe sa première victoire en Coupe d'Europe.
Alors?!!!...
Les maniaques du baston à Val Thorens...Thom devant!

The right place.
Classement FIS officiel.



Ce n'est pas fini !

Cliquez......sur "Messages plus anciens" dans le coin droit juste au dessus de cette phrase, afin de consulter les articles précédents.